AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]   Ven 24 Sep 2010 - 8:51

Nom : Cheshire

Age : 9 ans

Date de naissance : aux environs du vendredi 13 décembre

Armure : surplis de l'étoile terrestre bestiale de cat sith

Pays d'Origine : Canada

Lieu d'entraînement : Terre et Enfers

Caractéristique physique : De petite taille, même pour son âge, Cheshire a des cheveux plus blans que la lune, aussi blanc que la neige dans laquelle a pratiquement commencé sa vie. De ses yeux tellement clairs qu'ils ressemblent à du cristal bleuté, Cheshire regarde le monde qui l'entoure d'un regard intelligent et interessé. Il a souvent le regard tourné vers le ciel, se demandant ce qu'il pouvait bien y avoir là-haut. La plupart du temps, il garde les bras croisés et adopte constament une attitude décontractée. N'étant pas du tout frileux, il est constament en T-shirt, ce qui révèle ses bras finement musclés, même sous la neige qu'il adore, et déteste l'été car il trouve qu'il fait beaucouptrop chaud durant cette periode durant laquelle il transpire à grosses gouttes sans interruption et durant laquelle il a beaucoup de mal à dormir. Sa démarche est souple et il il est très agile. Lorsqu'il est contrarié, ce qui arrive plutôt souvent puisqu'il est très suceptible, il affiche une petite moue boudeuse.

Caractéristique moral : Comme je viens tout juste de le dire, Cheshire est très suceptible, il se renferme sur lui pour un rien. Même s'il a autant d'amis que n'importe quel enfant de son âge, il ne les aime pas (mais ne les déteste pas non plus). Même si la chaleur de l'été est pour lui une véritable torture, il n'ira jamais se baigner à la piscine car il déteste également l'eau, qu'il est, pour son plus grand malheur, bien obligé d'utiliser pour se laver. Il n'obéi qu'à lui-même. S'il a décidé de faire quelque chose, alors il le fait jusqu'au bout sans que rien ni personne ne puisse l'arrêter. Bien sûr, lorsqu'il sera en Enfer, il reconnaîtra tout de même Hadès et Pandore comme ses supérieurs. Cheshire est aussi un grand rêveur. De son regard très clair, il regarde souvent le ciel, la lune et la neige en se demandant à quoi peut bien ressembler le royaume des morts. Ce n'est pas la mort prématurée de ses deux parents qui lui a inspiré cela, il n'éprouve rien à leur égard, c'est simplement une question qu'il se pose. Il l'imagine merveilleux, qu'il soit sous Terre ou dans le ciel, mais chaque fois qu'un croquis de ce monde apparaît dans sa tête, il décide que le vrai royaume des morts doit être encore plus beau.

Histoire :

PARTIE 1:

Il neigeait. Une bise glaciale passait entre les branches des arbres. On n'y voyait pas à dix mètres. Soudain, un grand cri déchira la forêt. Près d'un grand 4x4 noir se tenaient trois personnes très chaudement habillées et bien équipée pour sortir par un tel froid. La première était un homme de petite taille qui se tenait droit, les jambes légèrements écartées, les poings serrés. Une raffale avait rejetté sa capuche en arrière, laissant voir ses yeux très clairs, ses cheveux bruns coupés courts et une barbe de deux semaines. Son regard exprimait sa peur et sa machoir sérrée témoignait de sa concentration. À deux pas de lui se trouvait sa femme qui venait tout juste de sortir de l'hôpital avec son nouveau-né, qu'elle sérrait fort dans ses bras. La femme était de taille moyenne. Lorsque la raffale rajetta sa propre capuche en arrière, ce fut pour découvrir un visage absolument magnifique. Ses cheveux blonds volaient dans le vent tandit que ses yeux bleu ciel fixaient avec horreur ce qui se tenait devant eux. C'était elle qui avait crié. À ce cri, le bébé avait répondu en commençant à pleurer.
Ce qui se dressait devant eux et qui sucitait cette terreur était un ours qui venait de surgir du brouillard une dizaine de mètres plus loin et qui regardait dans leur direction. Un ours… la petite famille savait qu'elle courait le risque d'en croiser en s'arrêtant pour se reposer au milieu de cette forêt du Nord du Canada. Cependant, si les ours constituaient un risque asser courant dans le région, cet ours-là semblait encore plus dangereux que les autres. Il s'en dégageait quelque chose de maléfique. Le nouveau père de famille pensait que cette impression lui venait de l'apparence de l'annimal: entièrement noir, plus noir encore que la nuit, bien trop noir pour qu'il soit un ours normal, il le fixait avec des yeux d'un rouge étincelant. Était-ce vraiment un ours? Le nouveau père commençait se le demander. Mais qu'est-ce que cela pouvait être d'autre?
Au moment où la bête se jetait sur lui, il sortit son couteau suisse, arme dérisoire face au monstre. Il ne lui fut d'aucune utilité. En un seul coup de patte, l'annimal lui arrcha la tête et la neige, la belle neige si blanche et si pûre, fut souillée par le sang.
La femme regarda la tête de son mari tomber, saisie d'horreur et une autre pleinte sortit de sa gorge. Le bébé, quand à lui, cessa brusquement de pleurer. Lorsque l'ours se tourna vers la femme qui tenait toujours l'enfant dans ses bras, celle-ci tourna les talons et tenta de s'enfuir. Bien qu'encore faible, elle devait sauver son fils, coute que coute. Elle n'avait pas fait deux pas que le monstre était déjà à sa hauteur et lui faisait connaître la même fin qu'à son mari. Le bébé, alors qu'il tombait, arraché des bras de sa mère, resta silencieux. Il resta tout aussi silencieux lorsque la neige froide l'enveloppa alors qu'il touchait le sol. Il resta silencieux lorsque l'ours s'approcha de lui. Il resta silencieux lorsque l'annimal se pencha sur lui, et lorsqu'il le renifla. Enfin, il resta silencieux lorsque la bête poussa un petit grognemant. Il resta silencieux. Il ne pleura pas. Il ne pleurerait plus jamais.
L'ours s'éloigna du petit être et entreprit de manger en partie ces parents. C'était ce que l'esprit de la forêt lui avait donné l'autorisation de faire s'il acceptait de tuer ces humains. Une fois son festin terminé, il retourna vers l'enfant. L'esprit de la forêt lui avait dit tout ce qu'il savait sur lui.

Cheshire, petit chat… ta place n'est pas ici, elle est parmi les autres félins, en Affrique… Enfin… cela ne me regarde pas… Au revoir, petit frère…

L'ours s'enfuit. Il avait entendu qu'il humain approchait, et même s'il semblait lointain, il préférait être le plus loin possible lorsqu'il arriverait en ces lieux. Il regrettait de devoir abandonner ce petit, qui, malgrès sa forme humaine, lui semblait très proche de lui; mais il n'avait pas vraiment le choix. Il s'enfonça dans le brouillard.

Un quart d'heure plus tard, John, un chasseur qui habitait un peu plus loin arriva sur les lieux. Le brouillard commençait à se lever et le vent avait cessé de souffler. John commença par appercevoir une tache étonnament rouge dans la neige, puis il apperçu une sorte de petit paquet au pieds d'un arbre. Intrigué, il s'approcha et écarquilla les yeux en se rendant compte qu'il s'agissait d'un bébé. Un bébé qui semblait dormir à poings fermés. L'arbre aux pieds duquel il se trouvait semblait l'avoir en partie protégé et la neige ne le recouvrait pas totallement. D'un mouvement inquiet, John le bris dans ses bras. Il semblait être encore en vie. Quelle chance! Avec ce froid…

"Mais où sont tes parents?

Il s'interessa ensuite à la tache rouge qu'il avait vu et se pencha dessus. Bien que la neige
l'avait en grande partie recouverte et que seules quelque petites taches apparaîssaient, il reconnu qu'il s'agissait peut être de sang. De sang, mais de quel sang? Levant son ragard du sol qu'il fixait, il vit deux tas de neige aux formes un peu étranges. Il décida de ne pas y toucher. Un peu plus loin se tenait un 4x4. Il n'était pas fermé à clef. Il s'installa donc dedans avec l'enfant et sortit son portable pour appeler la police.
L'enquête que les policiers menèrent révéla que les deux tas de neige cachaient les deux corps — pas tout à fait entiers — des parents du bébé. Un ours les aurait tués et aurait commencé à les mangers, ce qui n'était pas normal. Ce qui était la triste vérité, c'était que les ours devenaient de plus en plus aggressif ces derniers temps. Les scientifiques accusaient encore le réchauffement climatique qui sévissait depuis plus de deux siècles, mais John pensait plutôt que c'était à cause des hommes qui ne cessaient d'augmenter leur territoire et prenaient donc le leur. Cependant, les ours n'avaient jamais mangé d'humains, ce n'était pas naturel pour eux. Les policiers recherchèrent également si le petit avait de la famille en dehors de ses parents mais ce n'était pas le cas. Aucun des ses grands-parents n'étaient encore en vie et son oncle ne l'était plus non plus. John décida donc de l'adopter et le baptisa Cheshire. Il n'avait jamais entendu ce nom nul part mais c'était celui qui lui était apparu dans la tête au moment où il l'avait vu la première fois.

Alors que le chasseur emmenait Cheshire dans sa nouvelle maison — une sorte de cabane légèrement enfoncé dans la forêt, mais tout de même pas trop loin de la ville — au Japon, deux enfants jouaient…

PARTIE 2:

Cheshire était très concentré sur le dessin qu'il était en train de faire: un ange au milieu des nuages. Il n'était pas très bon dessinateur, mais il aimait ça. En tout cas, il aimait mieux dessiner qu'écouter certains cours. Il sentit une ombre se poser sur lui accompagné d'un regard chargé de reproches. Levant le crayon de son cahier, il leva la tête vers l'institutrice.

"Ce que je suis en train de raconter ne t'interesse peut être pas, Cheshire…tu préfère dessiner, à ce que je voie"

N'ayant aucune notion ni du respect ni de la peur d'être puni, Cheshire lui répondit simplement:

"Bah… oui. Vos cours sont tellement ennuyants que je ne peut pas faire autrement… et puis j'aime bien dessiner."

Une lueur de colère passa dans le regard de l'institutrice.

"Cheshire… tu viendra me voir à la fin du cours. En attendant, vas me jetter cette feuille."

L'enfant, qui à présent avait 9 ans et demi, s'executa. À la fin du cours, comme convenu, il alla voir l'institutrice sans prêter la moindre attention à ses camarades qui lui souhaitaient bonne chance et lui promettait de l'attendre.

"Cheshire… peux-tu me dire pourquoi tu agi toujours comme ça? Tu nous doit le respect…"

"Nan… franchement, je ne doit rien à personne. Si c'est tout ce que vous avez à me dire, je m'en vais."

Et il sortit de la classe sous les yeux exaspérés de son professeur. Pourquoi cet enfant n'écoutait-il jamais ce qu'on lui disait? Elle n'avait même pas pu parler deux minutes avec lui.

Cheshire retrouva ses amis dehors. Même s'il ne les aimait pas particulièrement (il n'aimait personne particulièrement, pas même John qui l'avait adopté), il restait souvent avec eux. Il s'instalèrent certains sur un rochers, d'autres autour à la bordure de la forêt. Cheshire calla ses bras entre sa tête et ses genoux et ils parlèrent.

"Dis, Cheshire… se faire remarquer le jour de la rentrée, c'est pas chouette, hein? 'fin bon, on te connais, tu vas en faire à ta tête toute l'année…"

L'enfant haussa les épaules. Il s'en fichait.

"En tout cas ça c'est bien passé? Elle t'a pas trop grondé?"

"Nan… ça va…"

Cheshire n'était jamais très précis dans ses réponses. En sueur, comme à son habitude en cette periode de l'année, il dit d'un air rêveur:

"J'ai hâte d'être cet hiver…"

"Pour pouvoir encore te faire remarquer en T-shirt dans la neige et pouvoir te facher avec cette chère maîtresse d'école qui t'a déjà pris en grippe et qui vas très certainement vouloir te faire mettre au moins un pull sans y arriver?"

Nouveau haussement d'épaules. Ce que cette conversation était ennuyeuse… Il se leva.

"Bon, j'y vais. Salut."

Et il s'enfuit en courrant. Ses amis n'en furent pas surpris. Ils étaient habitués.

Après une brève course entre les arbres, Cheshire arriva devant une cabane de bois. Sans un bruit, il pénétra à l'interieur, posa ses affaires et ressortit. Une fois dehors, il poussa un soupir de soulagement. Il savait qu'il était plutôt doué pour cela, mais savoir qu'il avait pu déposer ses affaires sans alerter John était un véritable soulagement. Il n'avait pas envie d'échanger ne serait-ce que quelques mots avec lui et préférait aller grimper aux arbres.
Malheureusement pour lui, si John ne l'avait pas entendu, c'était tout simplement parce qu'il se trouvait derrière la cabanne. Il vit Cheshire en revenant vers la porte d'entrée.

"Bonjour, Cheshire! Ta journée s'est bien passée?"

L'enfant sursauta violament et ses cheveux se dressèrent sur sa tête. Il se retourna, vis le visage famillier de l'homme qui se tenait derrière lui et tourna les talons.

"Toujours le même… toujours… il ne changera donc jamais?"

L'enfant arriva au pied d'un grand arbre et entreprit de l'escalader. Il grimpait agilement le long du tronc, s'aidant de toutes les branches, même minuscules, qui lui passaient sous la main. En moins de cinq minutes, il arriva à la cime. D'un poids extrèmement léger, il arrivait à tenir sur la blus haute des branches sans que celle-ci ne casse. Il resta là un moment, admirant l'océan d'épines vertes qui s'étendait tout autour de lui et maudissant la chaleur qui le faisait, comme à son habitude, extrèmement souffrir. John et ses amis lui avaient bien tenté de le faire aller à la piscine pour qu'il puisse se rafraichir dans l'eau, mais l'eau était la cose qu'il détestait plus que tout. Même s'il était propre et se lavait autant qu'il le fallait, il détestait le faire. Il ne supportait pas que cette eau, si… mouillée, le touche.
Au bout d'un long moment, le soleil commença à se coucher. Cheshire descendit de quelques branches. Une fois que l'obcurité ambiante témoigna que le soleil avait fini sa descente, l'enfant regrimpa les dernières branches et admira l'un de ses spectacles préférés: La pleine lune qui s'était levée au-dessus de la forêt. Il resta là un long moment, à la contempler, puis commença, tout doucement, à décendre. À fûr et à mesure qu'il se rapprochait du sol, l'ambiance lui semblait de plus en plus sombre. Et pas seulement à cause de la nuit. Inconciament, il acceléra.
Arrivé au pied de l'arbre, il regarda autour de lui, intrigué. Il avait le sentiment qu'il se passait quelque chose. Quelque chose, oui, mais quoi?
Soudain, il vit une zone plus sombre que les autres. Intrigué, il s'approcha. La masse sombre bougea et deux yeux rouges apparurent. Étonnament, il n'avait pas peur de cette chose qui se trouvait en face de lui. Au contraire, elle l'atirait.
La masse bougea et se mit à courir. Cheshire la suivit. Elle se dirigea vers une petite clairière. Arrivé, elle s'arrêta. L'enfant s'arrêta à quelques mètres. Un rayon de lune se posa sur la bête. C'était un ours. Depuis toujours, il comprenait ce que les annimaux disaient, cela ne l'étonna donc pas lorsqu'une voix graverésonna dans sa tête:

"Il est temps, Cheshire."

Temps? Temps de quoi? Cheshire avait toujours espéré un moment comme celui-là, mais il ne savait pas ce qu'il pouvait signifier.

"C'est moi qui ait tué tes parents."

Ah. Cela ne lui faisait ni chaud, ni froid.
Ayant observé la réaction (ou plutôt l'absence de réaction) de Cheshire, l'ours au pelage noir, explica:

"Tu n'est pas humain, Cheshire. Tu es un spectre, ou plutôt la réincarnation d'un spectre, un serviteur de sa majesté Hadès. Je vais t'emmener dans les enfers. Viens, suis-moi."

Avec ces dernières paroles, l'esprit du spectre se réveilla et Cheshire se souvint de toutes ses précédentes vies. Il allait pouvoir recommencer! Enfin! Même s'il se souvenait à présent totallement du chemin qui menait aux Enfers, il suivit l'ours lorsque celui-ci le mena au pied d'un arbre qui possédait un tronc particulièrement gros. Entre ses racines, l'ombre régait. C'était l'une des multiples façons de se rendre en Enfer. Sans un regard pour l'ours, il l'empreinta.

Au même moment, en Grèce, un jeune garçon, plus agé que Cheshire, étranglait son meilleur ami.


HRP: Je suis aussi Hadès


Dernière édition par Cheshire le Sam 25 Sep 2010 - 21:23, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]   Ven 24 Sep 2010 - 14:59

Welcome ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]   Ven 24 Sep 2010 - 21:08

Merci, mais tu me l'a déjà dit Wink
(je suis aussi Hadès)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]   Ven 24 Sep 2010 - 23:14

Je le sais ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Riku

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 26
Localisation : Temple Des Gémeaux
Objet(s) : Aucun Objet
Points : 147

MessageSujet: Re: Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]   Dim 26 Sep 2010 - 18:51

Fiche Validée Wink

Bon Rp Cheshire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cheshire, étoile terrestre bestiale cat sith [FicheValidée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nyx de l'étoile terrestre de la féerie [ok]
» Vael Spectre du Secret de l’étoile terrestre de la Dissimulation [ok]
» Ayleen, spectre de la Chimère de l'étoile terrestre de l'inhumanité
» Skeith, Spectre du Zombie de l'étoile Terrestre de la Décomposition
» William Spectre du djinn de l'étoile terrestre du rêve!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Saint Seiya RPG :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: